Opération désenclavement du Congo

0

Le ministère du Développement Industriel et de la Promotion du Secteur Privé a accueilli le 18 novembre dernier des investisseurs italiens lors du forum économique «Investir au Congo-Brazzaville», l’ICB2015. Ils vont financer et mener à bien 2 grands projets de transport.

En 2012, la Ferrovie dello Stato italiane (FSI), la société italienne de chemins de fer signait un partenariat avec les Chemins de Fer Congo Océan (CFCO). La FSI livre cet automne les études de faisabilité de deux projets d’envergure au ministre de l’industrie Isidore Mvouba.

Le premier porte sur la réfection d’une partie de la ligne du Chemin de Fer Congo Océan (CFCO), soit 515 km entre Brazzaville et Pointe-Noire. C’est le plus ancien tronçon du CFCO puisqu’il date l’époque coloniale. Objectif : améliorer et accroitre le traffic sur cette artère commerciale stratégique. Deuxième projet: la restauration des ports fluviaux du fleuve Congo entre Brazzaville et Bétou. Ces travaux pourraient permettre un meilleur acheminement des marchandises de l’arrière-pays et des pays voisins d’Afrique centrale.

Ces grands travaux font partie du Plan national des transports* congolais. Adopté au Parlement en 2004, le PNT a pour vocation de désenclaver l’arrière pays pour améliorer le transit du commerce international et développer la mobilité des citoyens de ces régions rurales.

«Nous avons pour vocation d’être un pays de transit. Nous sommes une chaîne et la force d’une chaine se constate au niveau du maillon le plus faible. Pour nous, les maillons les plus faibles sont le CFCO et la voie fluviale. Si cette question est réglée et si le Congo retrouve sa vocation de pays de transit à travers la réhabilitation du CFCO, cela nous permettra de servir un marché d’environ 120 millions de consommateurs » a souligné Isidore Mvouba à ses hôtes européens.

L’Italie, qui finance en partie ces travaux via sa société de transport publique, se réjouit de cette coopération avec le Congo.«C’est un rêve extraordinaire qui va se réaliser grâce à l’expertise des entreprises italiennes, affinées sur les questions de chemins de fer et des voies fluviales» a souligné l’ambassadeur d’Italie au Congo, Andréa Mazzella.

Share.

Leave A Reply