Le grand saut vers l’industrialisation

0

Dans le cadre de la diversification de son économie, le Congo souhaite renforcer son industrialisation à travers la construction de plusieurs Zones Economiques Spéciales (ZES). Un projet qui permettra de booster la croissance du pays en attirant des sociétés nationales et étrangères et, d’y créer des emplois au profit des populations locales.

Le projet du complexe industriel et commercial de Maloukou-Tréchot est le premier à avoir vu le jour au Congo. Situé à 80 km de la capitale Brazzaville, sur la RN2, les 16 hangars blancs construits sur plus de 65 000 000 m2 symbolisent l’’industrialisation du Congo. Le site industriel et commercial de Maloukou-Tréchot est un pôle industriel qui intégrera la ZES de Brazzaville, trois autres zones industrielles devraient également voir le jour dans les prochaines années. Le chef de l’Etat a retenu les villes de Pointe-Noire, la capitale économique du pays, Ollombo-Oyo et Ouesso.

ASPERBRAS

La zone économique spéciale de Maloukou-Tréchot a été développée par la firme brésilienne ASPERBRAS et gérée par la délégation générale des grands travaux. Elle compte également 4 hangars de stockage est une grande chambre froide. Les 16 usines abritent désormais quelques activités industrielles telles que des usines de tube et de connexions de PVC. En plus d’avoir exécuté les travaux de construction des usines, la firme brésilienne ASPERBRAS construira progressivement sur ce site de Maloukou-Tréchot 68 maisons, 180 logements pour exploitants, des bureaux techniques, une infirmerie, un réfectoire avec cuisine industrielle, une boulangerie et un atelier mécanique pour engins lourds et camions d’usage fréquent.

Création d’emplois

Tous ces efforts répondent à de grandes exigences internationales comme le respect de l’environnement et la réduction de la dépendance des importations de produits manufacturés. Il permettra aussi de créer quelques milliers d’emplois directs et de dynamiser la zone. En général, les ZES favorisent le développement de l’économie puisqu’elles créent un effet d’entraînement sur les autres secteurs d’activité.

Avantages pour les investisseurs

Pour attirer les investisseurs le gouvernement leur propose plusieurs avantages : l’exonération de l’impôt sur les sociétés, des droits de douane, des taxes et redevances à l’importation et des facilités sur le change.

Budget revu à la baisse

Malgré toute la bonne volonté du gouvernement congolais, le budget de l’État a dû être réajusté en juin dernier en raison de la chute des prix du baril du pétrole. En 2014, le budget de l’État prévoyait 24 milliards de francs CFA pour les activités liées au projet des zones économiques spéciales. Cette subvention a finalement été ramenée à 4 milliards de francs CFA.

Share.

Leave A Reply