La savonnerie de kinsoundi convoite Mindouli pour quadrupler son bénéfice mensuel.

0

Saky Bemba, producteur des savons Trinité à Kinsoundi, dans le 1er arrondissement de Brazzaville Makélékélé a implanter son unité de production à Mindouli, dans le département du pool pour augmenter sa production et gagner du terrain.

Récupération de la pâte destinée a la fabrication du savon Trinité ©L.Z

Récupération de la pâte destinée a la fabrication du savon Trinité ©L.Z

À Kinsoundi, plus de 35 femmes vendeuses de savon venues de différents horizons passent la commande. Ces dernières reviendront chercher leur marchandise dans les trois prochains jours. «Si tu ne passes pas ta commande à l’avance, tu n’auras pas une quantité suffisante de savon. Il faut donc s’y prendre 72 heures à l’avance», témoigne une vendeuse de savon. Saky Bemba, regard serein et carrure imposante, travaille avec passion. Cet artisan n’a jamais utilisé de moyens de communication pour promouvoir son produit. «C’est la qualité du savon qui a fait sa réputation», dit-il. Le flux d’acheteurs dans son commerce témoigne de son succès.
Le savon trinité n’est pas précurseur sur le marché. Mais Saky Bemba rêve de vendre son produit au-delà des frontières. «Depuis janvier 2015, nous avons entamé la vente d’un savon médical pour résister à la concurrence vu que le marché est saturé par les savons à usage multiple en provenance de la RDC (république démocratique du Congo) et du Cameroun », explique Saky Bemba tout en malaxant à la machine la pâte à savon verte, installé sur à la véranda de sa maison.
Une production de plus de 1500 savons par mois

La pâte. communément appelé par Saky, les macaronis. ranger pour être malaxés ©LZ

La pâte qui sera malaxé avant la transformation en savon.©LZ

Aujourd’hui, la savonnerie produit plus de 1600 savons par mois. « Nous utilisons 96 bidons de 25 litres d’huile de palme et douze sacs de soude pour notre production mensuelle. L’achat de la matière première est estimé à 1. 464. 000 FCFA par mois. Nous vendons le savon à 1250 FCFA au prix de gros », nous informe Bemba Saky. Malgré la précarité de l’infrastructure, la savonnerie Trinité fait un bénéfice mensuel net de 616.000 FCFA.

Le choix de Mindouli

 Les savons Trinités, disposes a être livres.©L.Z

Les savons Trinités, disposes a être livres.©L.Z

«Mindouli représente un marché favorable pour nous ». La proximité avec la République Démocratie du Congo, source d’approvisionnement en matière première, est la motivation première de cette expansion, d’après les responsables de la structure. Selon eux, l’huile de palme y coûterait moins cher, soit 7000 FCFA le bidon de 25 litres pour 12 000 FCFA à Brazzaville. Toujours selon Saky, la stabilité de l’électricité serait également un argument pour s’établir dans cette communauté urbaine. « Une fois installés à Mindouli, la production pourrait quadrupler et l’offre surabonder sur le marché », avance-t-il.

La naissance des savons Trinité

«Didier, un jeune étudiant en physique, faisant partie du Forum des Jeunes Entreprises du Congo nous a fait une formation sur la fabrication du savon de ménage à usage multiple. La formation a eu lieu à la paroisse Trinité de kinsoundi, d’où le choix du nom Trinité”, informe Saky Bemba, gérant de la savonnerie. La formation a permis d’apprendre à confectionner le savon. Gérer une entreprise était une autre paire de manche.
La coopérative des savonneries du Congo (CooSavCo) a vu le jour à la fin de la formation. Les instigateurs du projet ont cotisé pour avoir une première machine, donnant chacun entre et 1000 à 5000FCFA. « Elle a été acquise à 1 .600.000 FCFA chez un fabriquant local ressortissant de la république démocratique du Congo, après que nous ayons cotisés pendant 3 ans», confie Saky Bemba l’un des membres de la Coopérative de la savonnerie du Congo (CooSavCo).

Financement de départ

Le Programme de développement en milieu rural et urbain (PMRU) a financé le projet à hauteur de 1.200.000 F CFA. « Cela a constitué notre fonds de roulement pour disposer de la matière première », explique M Saky. En 2013, l’artisan décide de se lancer seul en fondant sa propre société avec pour seul capital la volonté de réussir et la machine qu’il a pu récupérer de chez la coopérative. Il recrute alors deux jeunes qu’il rémunère 2500FCFA par jour, et commence la fabrication des savons Trinité à depuis son domicile.
M Saky n’abandonne pas son rêve d’expansion à Kinsoudi. Du haut de ses 60 printemps, il ambitionne à promouvoir les savons Trinité au-delà des frontières Congolaises

Share.

Comments are closed.