Jeux d’Afrique 2015 : Défi relevé pour le Congo

0

Entre le 4 et le 19 septembre dernier, le nouveau stade de Kintélé situé à 30 km au nord de Brazzaville a accueilli la 11e édition des Jeux Africains. Un événement qui a coïncidé avec le cinquantenaire de ce grand rendez-vous sportif panafricain.

Des concerts, de la danse, des projections grandeurs nature ou encore des feux d’artifice ont ponctué les Jeux Africains de Brazzaville 2015. L’événement a également vu la présence de plusieurs chefs d’État africains, ainsi que des représentants politique d’autres continents.

Un défi de taille

Le gouvernement du Congo a mis les bouchés doubles ces derniers mois pour pouvoir offrir des infrastructures de pointe aux 8000 athlètes africains provenant de 49 pays. Le pari a été relevé haut la main : les infrastructures des 22 disciplines sportives ont été livrées à temps.  Durant la cérémonie de clôture de cette 11e édition, Léon Alfred Opimbat, le ministre des Sports et de l’Education physique a tenu à préciser : « En dépit des quelques appréhensions que nous avions à long terme de ce grand événement sportif, nous avons pu arriver au terme de l’organisation de cette édition qui marque aussi le cinquantenaire de ces Jeux, mais également la mise en œuvre architecturale du sport en Afrique ». En effet, le complexe sportif de la Concorde à Kintélé, bâti sur une superficie de 90 hectares, compte aujourd’hui parmi les meilleures infrastructures sportives de l’Afrique.

C’était il y a 50 ans

Ce rendez-vous olympique représente tout un symbole pour le Congo. Ce pays avait accueilli il y a cinquante ans les premiers Jeux Africains de l’histoire, c’était en 1965. C’est une des raisons pour lesquelles, depuis 2012, le président Denis Sassou Nguesso a lancé des chantiers d’envergure aux quatre coins du pays.

Un Congo encore plus moderne

Des gymnases, un stade de 60 000 places, la modernisation des hôtels, la rénovation des aéroports ou encore la construction de nouvelles infrastructures routières, ce sont quelques-unes des conditions réunies par le gouvernement congolais pour permettre le bon déroulement de cette grand-messe sportive africaine.  

Si le pays a réussi à offrir au reste du monde une vitrine moderne d’un Congo en plein émergence, le berceau de l’olympisme africain se doit maintenant de conserver la qualité des infrastructures de façon durable pour sa jeunesse sportive.

Share.

Leave A Reply