Bracelets, sacs, le macramé revient à la mode

0

Depuis le 9 juillet, une Kermesse se tient au stade KOKOLOKOPA (quartier Mvou-Mvou) à Pointe-Noire. C’est l’occasion de profiter de la bonne musique et des mets locaux. Parmi les quinze stands, la styliste et créatrice Nadège Sounda alias Navie  pour les intimes, expose ses dernières créations en macramé.

Du panier à linge aux sandales en passant par les porte-clés ou encore des corbeilles à addition, celle que l’on surnomme Navie ne manque pas d’idée.

Une artisane dans l’âme

Navie creation« J’ai toujours été très manuelle depuis mon enfance. Pendant les vacances, mon père nous apprenait à bricoler » affirme la souriante trentenaire. Tandis que Nadège fait un stage dans le secrétariat, une proche de la famille remarque ses talents artistiques. « Un jour alors que j’étais en train de faire des gâteaux, une grande sœur m’a demandé si je serais intéressée pour qu’elle m’apprenne à tisser avec du macramé » expose la créatrice avant d’ajouter « à l’époque j’étais tellement curieuse et habitée par l’envie de découvrir de nouvelles choses, j’ai répondu oui sans aucune hésitation », poursuit-elle.

La nouvelle apprentie maîtrise les différentes manières de confectionner avec du fil esthétique en moins d’une semaine. Fière de ses réalisations, Navie les emmène à son lieu de stage pour les présenter à sa directrice. Celle-ci décide d’encourager la jeune fille en lui accordant deux semaines de congé pour qu’elle se forme pleinement dans le métier de la tissanderie et lui offre le matériel dont elle a besoin.

Autodidacte, Mme Sounda s’exerce à tisser dans sa chambre transformée en atelier. Elle voyage dans plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest pour observer ce qui s’y fait. Peu à peu, cette femme active et énergisante perfectionne ses techniques de finition des sacs à main. Elle en développe d’autres qu’elle veut faire découvrir à son entourage.

L’art de la transmission

navie creation« J’ai commencé par former mes neveux et mes nièces. Et puis, après avoir remarqué que dans mon quartier plusieurs jeunes filles traînaient dans les rues parce qu’elles n’avaient rien à faire, une envie de leur transmettre mon savoir-faire est montée en moi » détaille celle que ses élèves appellent « maman Navie ».

« C’est elle qui m’a appris à faire des sacs en macramé » témoigne Alphonsine, une ancienne élève de la créatrice. « Elle m’a montré comment tirer le fil pour que le sac soit beau ; elle nous a tout donné !  C’est une formatrice très patiente et déontologue » complète cette employée d’ENI Congo. En effet, après avoir enseigné à des enfants, la créatrice a travaillé au côté d’une association des femmes de la société pétrolière ENI de 2009 à 2011. Mais également auprès de personnes handicapées.

Sollicitée pour la qualité de ses créations, Navie Création participe au village des artisans fin 2011. Suite à cet évènement, la ponténégrine est recommandée à l’ancien président de la GIAC (groupement interprofessionnel des artisans du Congo). Navie lance le début d’une nouvelle ère artisanale. « Je m’inspire de ce que portent les jeunes filles pour fabriquer mes accessoires (sacs à mains, bijoux et ceintures). Je me demande toujours qu’est-ce que je peux apporter de plus pour que le fil soit mis en valeur », confie la styliste

La kermesse se poursuit tous les jours jusqu’au 1 septembre, l’entrée est libre et gratuite. Les visiteurs ont la possibilité de découvrir des produits locaux (plats traditionnels, boissons bios…). Deux espaces de jeux ont été aménagés pour les enfants avec une participation de 2000 francs CFA pour deux heures.

Pour plus d’informations, contactez Navie Création au 05 338 81 86 ou 06 892 06 87.

*La méthode du macramé consiste à créer du tissu à l’aide de nœuds conçus avec un crochet et un fil. Très répandu dans les pays asiatiques mais aussi aux USA dans les années 70, le macramé serait né chez les tisserands arabes au XIII siècle.

Share.

Comments are closed.