Bandes dessinées : plus de vingt œuvres de Jussie Nsana exposées à la Galerie du Bassin du congo

0

Après son exposition à Pointe Noire l’année passée dans le cadre du projet «  Soul Power »  proposé par  Matombi production,  Jussie Nsana Banimba  poursuit  sa lutte.  Elle expose  depuis le 20 novembre ses œuvres au Musée Galerie du Bassin du Congo à Brazzaville. L’exposition est prévue pour durer trois mois.

 Ses toiles peintes avec de l’acrylique et de pastel collage forcent  l’admiration du public «J’aime beaucoup  les différentes  matières qu’elle a utilisées dans ces tableaux. Ce travail est très intéressant, je connais l’artiste en tant que bédéiste ,  j’avais aussi découvert une vidéo qu’elle avait faite en tant que réalisatrice de vidéo d’art, aujourd’hui je la découvre en tant que plasticienne, c’est vraiment une agréable surprise », a reconnu Sara Maurin, responsable de programmation artistique à l’Institut français du Congo  de  Brazzaville.

Jussie Nsana Banimba est  plasticienne, vidéaste, bédéiste, illustratrice et enseignante en arts plastiques  aux collèges de Pointe Noire. L’artiste s’est  inspirée de l’atmosphère des années 60, elle expose  sa vision  de ce mouvement  « soul power » qui est  un projet  qui  lui a été  proposé par  Matombi production. « C’est un  défi que j’ai voulu relever à travers ma peinture. L’année dernière  on a exposé ce travail,  cette année nous avions eu cette opportunité de le faire découvrir aux Brazzavillois. C’est un clin d’œil que j’ai  fait à tous ceux qui ont lutté  contre la discrimination raciale aux Etat -Unis et à ceux qui militent contre le racisme et le tribalisme ».

L’artiste  à travers ses toiles parle du courant musical  et social  né aux  Etats- Unis  dans les années 60-70 où à travers la musique  le peuple afro a pris en main les problèmes  des afro américains pour lutter contre  la discrimination raciale « J’ai fait une série des toiles  qui symbolisent ce courant. Au tour de celui-ci  il y a la beauté qui a été mise en valeur. On se souvient des années où les hommes et les femmes portaient  la coupe afro ou encore utilisaient le symbole du peigne africain pour faire un clin d’œil à leurs origines ».  

Jussie Nsana est bédéiste,  l’une des rares, voire l’unique Congolaise à faire  de la Bande dessinée. Son amour pour cet art remonte depuis  son enfance  précisément à l’école primaire. L’artiste s’indigne du fait que la bande dessinée est une discipline  qui n’est pas respectée dans nos écoles, regrettant le manque de publication au niveau local alors qu’ affirme t-elle,« le dessin est le départ de tous les métiers de la société ».   

L’artiste peint souvent des scènes de la vie courante, de la fiction et de la réalité, elle traite de tout.  La bédéiste   partage sa passion chaque année avec les jeunes dans le cadre de son festival  d’« Anime tes vacances » pendant un mois. « Nous animons  avec  des amis artistes  des ateliers en arts plastiques, en musique,  en percussion  pour empêcher les enfants  d’errer pendant les vacances ».

Jussie  Nsana qui a approfondi son talent à l’école des Beaux- arts, vient récemment de participer  au Festival international de la bande dessinée  à Alger. Elle a ainsi remercié  tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ce projet notamment, l’Ambassade des Etats- unis, la Galerie Bassin du Congo, Matombi production et l’équipe de Djoson qui ont permis au public Brazzavillois  de  découvrir son talent.

La cérémonie d’ouverture a été marquée par  la visite des œuvres de l’artiste,  de  la projection du  film documentaire relatant  le travail de Jussie et  la signature du  livre d’or.  Cette exposition prendra fin en février 2016.

Source: Adiac
Rosalie Bindika
Share.

Leave A Reply